Togo: Blanchiment de capitaux, les acteurs des assurances sensibilisés

images
Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme constituent des fléaux qui compromettent les efforts de développement et menacent la sécurité des citoyens.

C’est pour remédier à cette situation que la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Togo, CENTIF et le Comité Interministériel de suivi des activités de lutte contre le blanchiment d’Argent et le Financement du terrorisme ont initié jeudi une journée de sensibilisation à l’endroit des auditeurs internes et chargés de conformités des sociétés d’assurance et de réassurance.

Comment ces sociétés sont exposées à des fins de criminalité économique et financière.

A l’issue de ces échanges, les courtiers d’assurances ont pris conscience des risques de blanchiment de capitaux

« La connaissance et les dispositions à prendre par un assureur pour lutter efficacement contre le blanchiment d’argent sont nécessaires pour pouvoir faire des placements propres pour developper le pays. » a déclaré Laurent Savi, Responsable à Sunu Assurances chargé de la conformité, de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Les initiateurs ont des attentes légitimes de la part des courtiers pour qu’ils collaborent étroitement en faisant échos des déclarations d’opération suspectes. « On a donné  par exemple dans le module de typologies, on leur a dit le comportement que quelqu’un peut adopter pour qu’il ait suspicion. Maintenant si nous avons eu des déclarations de suspicions suspectes alors on verra que desormais il faut que ces déclarations nous parviennent » a déclaré Tchaa Bignossi ACQUITEME, président de la CENTIF.

Le phénomène de blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme est global. Au Togo, un cadre réglementaire et institutionnel a été mise en place mais 10 après l’entrée en vigueur des lois, les obligations ne sont pas effectivement mises en œuvres

HVA

Radio Taxi Fm – TOGO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *